POUR UNE RÉPONSE FRANÇAISE AU COVID-19 JUSTE ET ADAPTÉE: RECOMMANDATIONS DU COLLECTIF SANTÉ MONDIALE

En amont de futures échéances décisives telles que l’Assemblée mondiale de la santé et le G7, le Collectif Santé Mondiale publie un document de recommandations afin de demander à la France de porter un plan de réponse sanitaire mondial ambitieux pour lutter contre le Covid-19.

 

La réponse sanitaire mondiale à la Covid-19 a fait l’objet d’une première estimation par les Nations unies et l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La juste part de la France à ces plans est estimée à au moins 14,5 milliards d’euros. Le soutien de la réponse sanitaire à la Covid-19 dans les pays les plus pauvres, notamment africains, doit se faire sous forme d’argent additionnel et sous forme de dons.

Ce volet international de la réponse française à la Covid-19 devra être mise en œuvre selon ces principes :

  • Articulation de la réponse d’urgence avec la nécessaire continuité des soins et du renforcement des systèmes de santé et de protection sociale
  • Approche basée sur les droits humains et sur le genre
  • Ne laisser personne de côté
  • Co-construction des réponses avec les OSC (organisations de la société civile) et les communautés, dans toute leur diversité

Les défis auxquels le monde fait face pour lutter contre la pandémie de Covid-19 mettent en lumière le résultat de plusieurs décennies de sous-investissement dans les secteurs publics sociaux et sanitaires et les insuffisances des systèmes de santé. La réponse de la France doit se construire et se décliner autour des six piliers des systèmes de santé :

Investir dans le financement de la santé de manière significative et durable

  • La France devra renforcer durablement les systèmes de santé et soutenir la mise en place de la couverture santé universelle dans les pays les plus fragiles en s’opposant à la tendance à la privatisation de la santé et appuyant des systèmes publics de santé robustes, en particulier les niveaux primaires et communautaires de ces systèmes, au plus proche des populations.
  • Ce renforcement doit se faire sous forme d’APD supplémentaire en dons et doit être complété par des mesures d’annulation de la dette afin de libérer des espaces budgétaires conséquents pour les financements nationaux des systèmes de santé.
  • La France devra également soutenir la mise en place et le soutien de filets de protection sociale qui seront également indispensables.

Leadership et gouvernance

  • Pour assurer la légitimité et l’efficacité des politiques de santé, la France doit pousser pour que la gouvernance et le leadership de la santé mondiale deviennent plus représentatifs en priorisant l’intégration des femmes, des jeunes et des communautés dans leur diversité dans l’ensemble des instances de prise de décision et de mise en œuvre, en premier lieu celles de la riposte à la Covid-19.
  • La France doit réaffirmer son soutien politique et financier à l’OMS dans la coordination de la réponse internationale.

Garantir la continuité de l’accès aux services de santé essentiels

  • La réponse française doit contribuer au maintien des services de santé essentiels afin notamment de garantir le suivi des patient·e·s vivant avec des maladies infectieuses, non transmissibles ou chroniques, la continuité des programmes de vaccination, l’accès aux services de droits et de santé sexuels et reproductifs, le dépistage et le traitement de la malnutrition. Afin de mettre en œuvre une réponse globale, la France devra également soutenir l’accès aux autres services essentiels, tels qu’entre autres, l’accès à l’eau et aux services d’hygiène et d’assainissement, un accès à l’alimentation pour tout·te·s.
  • La France devra renforcer l’intégration de ces services aux niveaux primaire et communautaire du système de santé et mettre les populations vulnérables et discriminées au cœur des mesures de continuité des services essentiels.

Les ressources humaines en santé

  • La France doit soutenir la mise en place de mesures de protection des soignant·e·s en garantissant la disponibilité du matériel et des équipements nécessaires à leur protection.
  • La France doit soutenir un plan massif de recrutement de nouveaux personnels de santé, notamment communautaires, ainsi que la formation (initiale et continue) du plus grand nombre de travailleur·se·s de santé.

Accès aux médicaments et produits de santé

  • La France doit soutenir l’accès des populations à un dépistage et des soins de prise en charge gratuits au point de service pour tou·te·s et soutenir l’accès du personnel de santé au matériel médical.
  • La France doit pousser pour une levée des mesures qui limitent et contraignent les chaînes d’approvisionnement et logistiques et le déplacement des personnels sanitaires et humanitaires.
  • La France doit garantir que les futurs vaccins et traitements contre la Covid-19 soient accessibles à tou·te·s, y compris dans les pays les plus pauvres.

Informations et données

  • La France doit soutenir le développement et la mise en place de systèmes de surveillance épidémiologique fonctionnels et la mise en place d’un système de surveillance de l’évolution de la situation et de ses conséquences économiques et sanitaires.
  • La France doit recueillir et analyser des données genrées, y compris dans la phase de recherche de traitement, analyser l’impact des mesures sur les inégalités de genre et adapter les politiques publiques en fonction de ces données.
  • La France doit soutenir la traduction systématique en français de l’ensemble des recommandations de l’OMS ainsi que dans les principales langues régionales africaines.
  • La France doit soutenir le rôle des sociétés civiles comme relais les plus pertinents de l’information, des messages de prévention et des réponses face à la pandémie.

Téléchargez le document de recommandations complet