Forum Génération Égalité : la France championne de la coalition d’action DSSR

Reporté à 2021, le Forum Génération Égalité (FGE) aurait dû être lancé à Paris aujourd’hui et acter une série de mesures concrètes pour lutter contre les inégalités femmes-hommes d’ici 2025 au sein de 6 coalitions d’action. La France, co-présidente du Forum, est l’une des championnes de la coalition d’action sur le droit à disposer de son corps et les droits et la santé sexuels et reproductifs (DSSR). Dans les prochains mois, elle va donc s’atteler à construire un plan d’actions concrètes et d’engagements politiques et financiers avec les autres champions de la coalition d’action.

Bien que le droit à disposer librement de son corps représente un pilier fondamental pour assurer l’égalité femmes-hommes, les DSSR demeurent un secteur négligé par les donateurs, notamment du fait de leur politisation. Les besoins non couverts dans les pays en développement sont considérables :

  • 214 millions de femmes n’ont pas accès à un moyen de contraception moderne et environ 10 millions d’adolescentes âgées de 15 à 19 ans sont confrontées à des grossesses non désirées chaque année
  • 25 millions d’avortements à risque sont pratiqués dans le monde chaque année, causant l’hospitalisation de 7 millions de femmes suite à des complications dans les pays en développement et entre 5 et 13% des décès maternels

Les progrès effectués ces dernières décennies sont mis en danger par la pandémie

Services essentiels pour que les femmes et les filles puissent réaliser pleinement leurs droits, ils sont pourtant les premiers à être remis en question en période de crise, et le Covid-19 n’a pas échappé à la règle. Présentés comme non essentiels par les décideurs conservateurs et anti-choix, les services de DSSR sont interrompus dans plusieurs pays. Les progrès effectués ces dernières décennies sont donc mis en danger par la pandémie et à moyen terme, les impacts de la crise risquent d’aggraver encore les retards constatés. Par exemple, les interruptions des services de santé de base dues au Covid-19 pourraient causer entre 12 000 et 56 000 décès maternels additionnels sur six mois[1] et 47 millions de femmes dans les pays en développement risquent de ne pas pouvoir utiliser de méthode de contraception moderne[2].

La tendance ne pourra pas être inversée sans une action déterminée à l’échelle internationale. Le leadership politique porté par la France devra permettre aux champions et aux membres de la coalition d’action DSSR de prendre des engagements politiques forts et ambitieux au niveau national et international en faveur du droit des femmes et des filles à disposer librement de leur corps.

Mais les ambitions politiques devront être accompagnées de moyens concrets pour réaliser effectivement ces droits. Afin d’assurer un accès universel des femmes et des filles à ces services sans barrière géographique, financière ou culturelle, les DSSR doivent être replacés au cœur du renforcement des systèmes de santé et bénéficier d’une augmentation des financements.

Répondre aux besoins non satisfaits en matière de services de contraception, d’avortement et de santé maternelle et néonatale dans les pays à revenus faible et intermédiaire nécessite un investissement d’un minimum de 54 milliards de dollars annuels, soit 22 milliards de dollars additionnels par an[3]. La France a un rôle clef à jouer pour répondre à ce déficit de financement et son leadership politique devra se concrétiser à travers des engagements financiers ambitieux au sein de son APD, en faveur des DSSR.

La société civile du monde entier est mobilisée sur la question et les attentes en matière de droit à disposer de son corps et de liberté de choix sont immenses dans tous les pays, y compris dans les pays prioritaires de l’APD française. La France devra être au rendez-vous lors du Forum Génération Égalité et prendre des engagements financiers à la hauteur des défis auxquels nous faisons face pour la réalisation des DSSR partout dans le monde.

[1] https://www.thelancet.com/pdfs/journals/langlo/PIIS2214-109X(20)30229-1.pdf

[2] https://www.unfpa.org/sites/default/files/resource-pdf/COVID-19_impact_brief_for_UNFPA_24_April_2020_1.pdf

[3] https://www.thelancet.com/pdfs/journals/lancet/PIIS0140-6736(18)30293-9.pdf