Bonne année et surtout, bonne santé… si seulement !

C’est une bonne santé pour toutes et tous que l’association Global Health Advocates aimerait pouvoir souhaiter en cette période de fêtes de fin d’année alors que, suite au projet de loi de finance voté il y a quelques semaines, les budgets français consacrés l’aide au développement et à la santé dans les pays du Sud sont réduits à peau de chagrin.

L’actualité, à travers l’épidémie d’Ebola, vient nous rappeler tristement combien le renforcement des sociétés du Sud et de leur systèmes de santé est une urgence politique, et pourtant l’aide publique au développement (APD) française n’a de cesse de diminuer. Depuis 2011, elle aura baissé de près de 14% et baissera une fois de plus de 2,5% entre 2014 et 2015. Autant d’argent qui manque pour bâtir des systèmes de santé viables et pérennes dans les pays pauvres afin d’endiguer les grandes pandémies telles que la tuberculose, le sida, le paludisme et de faire en sorte qu’un enfant ne meure plus toutes les 20 secondes de maladies évitables par vaccination.

Dans un contexte économique difficile, Global Health Advocates se mobilise et propose des solutions efficaces, comme l’augmentation des financements innovants en faveur du développement et de la santé. Ces financements novateurs tels que la taxe sur les billets d’avion ou la taxe sur les transactions financières sont des outils remarquablement performants dans la levée de fond et permettent de financer des organismes à l’efficacité avérée telle que le Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ou Gavi l’alliance du vaccin. Ces ressources sont malheureusement soumises à un plafond, au delà duquel elles ne profitent plus au développement et à la santé – dans un contexte où l’aide budgétaire diminue, il est impératif d’allouer l’intégralité des financements innovants à la solidarité internationale. D’autres solutions seraient également nécessaires afin d’augmenter l’effort budgétaire de l’Etat et atteindre l’engagement toujours proclamé mais jamais respecté d’allouer 0,7 du PIB français au developpement.  Ainsi un rééquilibrage entre les dépenses françaises de défense et de sécurité en Afrique au profit du développement doit s’effectuer tant comme le rappelle notre Président, cette politique est “notre meilleure arme car le chômage, la pauvreté, les inégalités fournissent le terreau le plus fertile … à la violence et à l’insécurité. ”

Global Health Advocates mène des actions d’envergure pour mobiliser parlementaires et autres décideurs politiques en faveur du développement. Au delà du travail d’analyse sur les budgets et politiques d’aide au développement, l’association organise à l’attention des députés et sénateurs de nombreux voyages d’étude pour les sensibiliser à la réalité de l’accès aux soins des pays du Sud et monter à la représentation nationale l’efficacité de l’aide au développement sur le terrain. Voici le film de notre dernier voyage d’étude parlementaire au Niger organisé en partenariat avec l’ONG Solthis et en présence des députés M Said Boinali et M. Michel Terrot et du sénateur M. Philippe Kaltencbach. Cette video présente les politiques mise en ouvre au Niger pour la réduction de la mortalité des enfants de moins de cinq ans ces dix dernières années et analyse le rôle de la France dans la réalisation de ces progrès.

Toute l’équipe de Global Health Advocates vous souhaite de joyeuses de fêtes et appelle la France à ne pas baisser son engagement en faveur de l’accès aux soins pour tous !